La Guinée joue son destin dans la compétition ce mercredi à Franceville contre le Ghana. Elle a impérativement besoin d’une victoire pour espérer disputer les quarts de finale comme ce fut le cas en 2004, 2006 et en 2008 (en 2010, elle n’était pas présente).

(ph.cafonline)

« Nous ne voulons pas rentrer à la maison. Ce qui s’est passé depuis le début du tournoi prouve que tout est possible et qu’il n’y a aucune situation figée dans le marbre comme en témoigne, par exemple, la qualification de la Guinée Equatoriale et du Soudan » constate l’entraîneur français. Son équipe va livrer un véritable quitte ou double face au Ghana, présenté dès le départ comme un épouvantail. « C’est une équipe redoutable qui possède d’excellents joueurs et qui occupe le haut du pavé continental depuis au moins deux années. C’est le finaliste de la dernière CAN en Angola et un des quarts de finaliste de la Coupe du monde en 2010, mais nous sommes prêts à leur faire face », ajoute Michel Dussuyer.

La Guinée a séduit lors de ses deux premiers matches par la détermination de ses joueurs, leur allant et leur recherche constante du but. Si elle ne possède pas de stars, à proprement parler, elle a dans ses rangs des joueurs de grande expérience, Pascal Feindouno, Dian Bobo Baldé et Kamil Zayatte, et des jeunes qui font leurs premières armes au sein du Syli National, les Sadio Diallo, auteurs de deux buts devant le Botswana, Aboul Razzagui Camara et autres Ibrahima Traoré.

«Pour ce match le Ghana devrait récupérer John Mensah qui a purgé sa suspension et Isaac Vorsah autre pion très important de la défense qui n’avait pu disputer les deux premières rencontres à cause, lui aussi d’une suspension. Autant dire que les Black Stars ne vont pas laisser filer le match. Pour autant, ils ne font pas de fixation sur une première place qui pourrait éventuellement leur échapper. Quel que soit notre adversaire en quart de finale, cela ne présente aucune espèce d’importance. On prendra celui qui nous aura été désigné », affirment en chœur Asamoah Gyan, alias « Baby Jet », et André Ayew.

Le résultat est lin d’être acquis car les Guinéens ont réussi le match parfait contre les Botswanais explosant littéralement leur base arrière en lui infligeant une lourde peine de six buts. Ce qui a eu pour conséquence immédiate de soulever un immense espoir après l’échec du premier match contre le Mali.

A priori la tâche des Aigles paraît plus aisée. Le Bostwna a failli, mais d’extrême justesse devant les Black Stars avant de succomber sous les assauts guinéens. Le Mali a donc un bon espoir de victoire qui lui ouvrirait définitivement les portes des quarts de finale en cas de résultat nul ou de défaite de la Guinée. Dans l’hypothèse d’un succès de ce dernier, il faudrait tapoter sur sa calculette et s’en remettre à l’article 72 du règlement de la CAN pour connaître le classement définitif du groupe D.

Tags

 
 

0 Comments

You can be the first one to leave a comment.

Leave a Comment