Les réactions après Côte d’Ivoire – Mali

122 0
Après le match Côte d’Ivoire # Mali de la demi-finale de la CAN 2012 soldé par une victoire des Éléphants François Zahoui, le sélectionneur ivoirien et Alain Giresse du Mali ont fait leurs analyses de la rencontre lors de la conférence de presse d’après match.                                                                                                                                                                           
                                              
         François Zahoui (sélectionneur de la Côte d’Ivoire)
« On s’attendait à un match très, très difficile. On a souffert au niveau des nerfs. Nos deux poteaux et nos occasions gâchées les ont mis en confiance. Il fallait gérer les moments difficiles. Heureusement, on a marqué avant la mi-temps, mais dans l’ensemble mes joueurs ont géré le match avec calme et patience. Le Mali n’était pas là par hasard. J’ai été surpris par leur calme et la manière dont ils ont posé le jeu. Mais heureusement notre défense est très mature et solide depuis le début de la compétition. Après les échecs passés, on savait que tant qu’on ne prendrait pas de buts, on pouvait faire la différence devant. Ce projet est resté en place jusqu’au bout. (A propos de la Zambie, l’adversaire de la Côte d’Ivoire en finale) C’est une équipe jeune, très joueuse qui pratique un bon football. Ils vont de l’avant et posent problèmes à ceux qu’ils croisent. Cela va se jouer à des détails mais ça va être une belle finale. Après le crash de 1993, ils ont su reconstruire et repartir avec patience. On les respecte. Mais nous aussi, avec les événements en Côte d’Ivoire, on a à coeur de ramener le trophée. Le pays est derrière nous. Il y a beaucoup de prières et d’attente autour de cette équipe. »
Alain Giresse (sélectionneur du Mali)
 « On a dû se priver de deux joueurs. On peut être fier du match qu’on a disputé. Il n’a pas manqué grand- chose mais à ce niveau, ce détail est important. Prendre un but à ce moment, juste avant la mi-temps, c’est difficile. On est presque arrivé à bousculer cette équipe. On a mesuré ce qui fait la différence entre des joueurs qui ont une expérience du très haut niveau et une équipe qui est en train de se construire. Le Mali s’est élevé pour être au niveau de cette demi-finale. On va retrouver le Ghana qu’on a joué au 1er tour. Mais ce match pour la 3e place est toujours très particulier, c’est l’affrontement entre deux équipes qui ont perdu. Il y a un aspect moral important, car chaque équipe est touchée moralement. Je ne peux pas savoir dans quel état moral sont les joueurs mais c’est mieux de finir 3e que 4e. Mais l’approche est toujours particulier, c’est pourquoi il y a des compétitions où cette finale n’existe pas.« 

Article du même genre

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *