Bras de fer entre Saidou Sandaogo et le Mouloudia Club d’Oran

228 0

Alors que son équipe, le Mouloudia Club d’Oran a recommencé les entrainements il y a environ deux semaines, le Burkinabè Saidou Sandaogo n’a toujours pas rejoint l’Algérie. Il réclame trois mois d’arriérés de salaires.

Saidou Sandaogo (droite)

Lorsque Saidou Sandaogo rejoignait le Mouloudia Clubd’Oran (MCO), il espérait donner un nouvel élan à sa carrière. Le club algérien était pour lui un tremplin pour étaler son talent. Mais après une demi-saison passée dans ce club, l’ancien joueur de l’Etoile Filante de Ouagadougou (EFO) n’est pas en odeur de sainteté avec les dirigeants.

Le Burkinabè appelé pour la reprise des entrainements n’a pas encore fait le déplacement. Il attend d’être payé. Saidou Sandaogo accuse trois mois d’arriérés de salaire que les dirigeants du Mouloudia ont du mal à payer. Les négociations entamées n’ont rien donné pour le moment. Ces derniers souhaitent que le Burkinabè reprenne les entrainements en attendant que sa situation soit régularisée tandis que celui-ci veut être payé avant de rejoindre ses camarades. Saidou Sandaogo n’est pas le seul joueur dans cette situation. Le centrafricain Eudes Doulougou et l’Algérien Sofiane Bouterbiat exigent également le payement de leur salaire. Le Mouloudia club aurait engagé un huissier pour constater l’absence de ces joueurs. Il compte prendre une sanction financière à l’encontre de ces trois joueurs. Le MCO peut-il avoir raison dans une telle situation avec trois mois d’arriérés de salaires ? En réalité, cela s’apparente plus à une intimidation. 

Saidou Sandaogo, de la même promotion que Hervé Oussalé et Alain Sibiri Traoré a participé à la Coupe d’Afrique des moins de 17 ans en 2005 en Gambie.

Article du même genre

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *