Qualification Mondial 2014 Burkina # Algérie: Analyses de journalistes sportifs et d’anciens internationaux

266 18
Un supporter des Etalons croyant à la qualification du Burkina au mondial 2014 © Burkina 24
Un supporter des Etalons croyant à la qualification du Burkina au mondial 2014 © Burkina 24

Le tirage au sort des barrages des éliminatoires de la Coupe du Monde  2014 a mis l’Algérie sur le chemin des Étalons.  Avant les rencontres prévues entre ces deux équipes, les journalistes burkinabè et des d’anciens internationaux se sont montrés confiants bien que les Étalons doivent disputer le match aller à domicile. 

Seydou Traoré, ancien international burkinabè : On ne pouvait trouver mieux pour le tirage au sort, quand on regarde les chapeaux. A priori, c’est une chance de tomber sur l’Algérie. Dans toutes les confrontations en équipes nationales, ils ne nous ont jamais battu. Il faudrait penser à ces exploits pour accéder au rêve de la coupe du monde. En 1998 on les a battus (ndlr 2 à 1 en quart de finale). J’ai même marqué lors de ce match. En 2002, avec la génération des Ali Bernabia, on a fait 1-1 chez eux et au retour on les a battu et j’ai encore inscrit le but victorieux. Avec la confiance que nous avons, avec la capacité en défense et les exploits offensifs, si on le prend sérieusement comme les autre matchs passés, on peut vraiment accrocher le rêve tant voulu des Burkinabè.

Mady Zongo,  journaliste Radio Salankolo et consultant sur la télé BF1: Il n’y a pas de bon ou de mauvais tirage au sort. Il y a seulement des matches à jouer. Le sort  a voulu qu’on joue avec l’Algérie. C’est un adversaire sur le papier coriace et sur le terrain aussi. Ils ont progressé. Ils ont montré qu’ils avaient des hommes pour aller de l’avant. A mon avis, la clé de la qualification se trouve à Ouagadougou. Il faut voir comment réussir le match en ayant un équilibre pour ne pas encaisser à Ouaga. Même si on encaisse que ce ne soit pas plus de deux buts et réussir à avoir un écart de deux buts avec eux. Si on peut gagner 3 à 1 ou 2 à 0 mais je préfère 2 à 0. Ils ont un entraîneur qui est assez tacticien Vahid Halilodic. Il faut qu’on travaille le plus sérieusement possible pur aborder le match aller. Si nous réussissons le match aller, on peut espérer.

John William Somda, journaliste télé BF1 : C’est mieux d’éviter des équipes qui sont rompues aux joutes de la Coupe du Monde. C’est un adversaire qu’on connait. On a joué un match amical avec eux il y a quelques mois.  Mais nous avons tiré des leçons de ce match malgré la défaite. Dans cette double confrontation il faut occulter le fait qu’on reçoit en premier. Le football se délocalise et jouer à domicile ou à l’extérieur ne veut plus dire grand-chose. Quelque soit l’avance qu’on aura ici, il faut pouvoir aller le conserver en Algérie. On a une équipe qui a énormément gagné en maturité. On n’a jamais été aussi proche de la phase finale d’une Coupe du Monde.

 

Moussavou Bila, journaliste Canal 3: je n’ai pas de problème avec le match aller au Stade du 4 août contrairement à ceux qui disent que recevoir au retour est une bonne affaire. Je pense qu’on est à un stade où il faut prendre toutes les confrontations avec beaucoup de concentrations et d’envies. On a une équipe qui a pris de la maturité, qui a un mental fort, qui a l’art de pouvoir conserver un but pendant toute une rencontre. On a un milieu de terrain fourni et une défense qui ne dit pas son nom. Le Burkina et l’Algérie ont deux styles différents. L’Algérie est plus tactique et technique tandis que le Burkina est athlétique. On est capable de gagner à l’extérieur comme on l’a fait contre le Congo et le Niger. On a battu le Ghana à la CAN 2013 dans les conditions qu’on sait (ndlr en référence à l’expulsion de Jonathan Pitroipa. Le Burkina avait gagné aux tirs au but pour se qualifier en finale). Cela veut dire beaucoup de choses. L’Algérie est une équipe qui monte sur le plan africain avec leur 3ème place au classement.

Ibrahim Tallé, ancien international burkinabè : L’équipe d’Algérie n’est pas une équipe forte comme de part le passé. Le match aller à Ouaga ou a Alger, n’a plus d’importance. Il faut jouer à fond que ce soit en aller comme au retour.

Joseph Kaboré dit Sap Olympique, ancien international et ancien entraîneur des Étalons : Nous avons une équipe qui a une âme. Je suis sûr que l’Algérie est à leur portée. Le Burkina est à la hauteur. Le Burkina n’est pas vice-champion pour rien. Mon wackman m’avait dit qu’on allait tomber sur une équipe arabe. On est tombé sur l’Algérie (rires).

Salifou Guigma, journaliste Horizon FM : Je pense qu’on ne pouvait pas tomber sur pire que cette équipe, l’Algérie. Le match va se jouer sur des détails. Je ne pense pas que le fait de jouer le match aller à domicile et partir chercher la qualification à l’extérieur est un avantage. Les Étalons nous ont montré que le stade du 4 août est devenu leur forteresse. Il va falloir qu’on fasse l’essentiel à la maison avec une marge de deux buts. L’Algérie et la Tunisie sont les équipes que je trouvais moins fortes. La Côte d’ivoire c’est un ogre. Le Cameroun un vieux lion qui rugit toujours.  Le Ghana, c’est le Brésil d’Afrique. Il fallait éviter ces trois équipes.

Article du même genre

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *