Les cinq représentants de l’Afrique à la Coupe du Monde Brésil 2014 ont tous effectué leur première sortie. Le bilan est d’une victoire acquise par la Côte d’Ivoire, trois défaites (Cameroun, Ghana, Algérie) et un nul décevant du Nigeria. Des prestations en deçà des attentes du public africain qui espérait mieux de leurs représentants.

Coupe du Monde

La Côte d’Ivoire, le Ghana et le Nigeria sont les équipes africaines les plus attendues à la Coupe du Monde 2014. L’Algérie et le Cameroun dans leurs groupes respectifs sont considérés comme des outsiders. Mais la première sortie des représentants africains est restée décevante.

Le Cameroun opposé au Mexique s’est incliné sur la marque de 1 à 0. Le Ghana est défait par les États-Unis, qu’ils avaient battus lors des précédentes éditions. L’Algérie après avoir mené (1-0) contre la Belgique s’est faite rattraper et battre (1-2). A l’analyse des différentes rencontres, le constat est que ces équipes ont perdu sur des détails. Et justement en football, les détails comptent beaucoup. Et c’est la plaie du football de ce continent. Sur le plan organisationnel, dans le jeu etc. ces équipes ne font pas preuve de constance dans un même match. En exemple, lors du match Ghana # États-Unis, le défenseur ghanéen John Boye est laxiste sur l’ouverture du score tandis que Mensah a joué la nonchalance et même manqué de rigueur en concédant un corner évitable et inopportune. Ce qui a conduit au but égalisateur. John Boye à nouveau a commis une erreur de marquage sur le buteur.

Les champions d’Afrique, eux ont déçu par la qualité de jeu proposé avec de multiples passes en retrait. Contre une jeune équipe iranienne, et malgré la pléthore de stars des Super Eagles, les enfants du rigoureux Stephen Keshi ont semblé jouer de complexe de supériorité avant de se rendre compte que la tâche ne serait pas aisée. C’était trop tard puisque les iraniens qui cherchaient visiblement le nul ont pris confiance et ont mis en place un système défensive efficace qui a annulé les velléités offensives de Victor Moses, John Obi Mikel, Peter Odewingue et autres.

Seule la Côte d’Ivoire a été à la hauteur malgré les occasions de buts vendangées. Après l’inscription du premier Japonais, Wilfried Bony, Gervais Kouassi dit Gervinho, Salomon Kalou, Yaya Touré, ont su se ressaisir et joué leur va-tout et s’imposer au finish. Un bel exemple de combativité et de rage de vaincre après trois participations infructueuses.

Les premiers matchs de chaque équipe devaient déterminer la suite de la compétition. Si rien n’est perdu pour les équipes africaines défaites, la qualification est devenu difficile elles ne doivent plus calculer. Cependant, les joueurs doivent faire attention aux détails pour ne pas se laisser surprendre. Les équipes africaines doivent également jouer sur leur force comme l’on donné en exemple la Corée du Sud face à la Russie (1-1) en jouant sur la mobilité, la rapidité des joueurs mais aussi sur un regroupement rapide. Il appartient donc aux entraîneurs de ces équipes de trouver la bonne formule en mettant l’accent toujours sur les détails.

Tags

 
 

0 Comments

You can be the first one to leave a comment.

Leave a Comment