Fasofoot : Nouveau car, nouvel entraîneur,… nouvelles ambitions pour le RCK

307 0

Le Rail Club du Kadiogo (RCK) veut entrer dans la cour des grands clubs du football africain. Son nouveau président Hamado Traoré qui effectue son retour au sein de cette formation depuis le début de l’année a de nouvelles ambitions : faire du RCK, un grand club africain. Et pour cela, il se donne les moyens pour.

Rail Club du Kadiogo (RCK)
Le Rail Club du Kadiogo (RCK) veut devenir un grand club

Pour le premier match de la nouvelle saison 2014-2015 qui s’ouvre, le Rail Club du Kadiogo (RCK) s’est imposé 1 à 0 contre le champion en titre l’Etoile Filante de Ouagadougou (EFO). Derrière cette victoire, se cache une grande ambition. Il s’agit de faire du RCK un club qui compte à l’image du TP Mazembé, l’AS Vita Club, le Sewé Sport de San Pédro etc.

Le nouveau Président Hamado Traoré a commencé cet immense chantier. Déjà le club s’est doté d’un car d’environ 100 places. Le minicar est au garage et devra servir pour les équipes jeunes. Le gazon du terrain d’entraînement du RCK construit à la faveur de la CAN 1998 a fait place à de la terre rouge. Le terrain est en réfection. Une nouvelle pelouse est en train d’être installée. L’équipe s’entraîne actuellement au Centre Omnisport des Etalons (COMET) de Ouagadougou.

Pour son nouveau projet, Hamado Traoré s’est attaché les services de Ousmane Compaoré dit Lato, un entraîneur qui connait bien le Fasofoot et qui a également participé à plusieurs campagnes africaines avec l’Association Sportive des Fonctionnaires de Bobo Dioulasso (ASFB), l’Etoile Filante de Ouagadougou (EFO) et l’AS Douanes du Togo.

Le Président du RCK a aussi noué des liens avec des clubs européens dans l’optique de placer des joueurs dans les championnats étrangers. Hamado Traoré a également mis en place, un plan pour la formation des jeunes. Des petites catégories seront créées et formalisées.

A moyen terme, le RCK souhaite avoir une équipe capable de remporter le championnat, atteindre les phases de groupe de la Ligue des Champions et fournir des joueurs à l’équipe nationale.

Pour le moment, le club ne s’est pas mis en activité sur le marché des transferts. Mais la politique du président est d’abord de faire revenir des joueurs du club ou  des joueurs pas en manque de jeu dans les championnats étrangers. C’est ce qui expliquerait le retour d’Alain Minoungou.

Tout cela augure de bonnes choses pour le championnat et le football burkinabè puisque l’ASFA Yennenga qui s’est attaché les services d’un entraîneur européen et l’EFO qui s’est renforcée cette saison avec une dizaine de joueurs du championnat compte s’inscrire dans la même politique même si pour le moment, cela n’est pas visible.

Article du même genre

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *