Le boxeur burkinabè Alexis Kaboré dit Yoyo a conservé pour la 2ème fois son titre de champion du monde WBC des supers coqs en battant aux points le vendredi 1er mai 2015 le Béninois Fattiou Fassinou surnommé Petit Piment pendant un combat qui a duré 12 reprises de trois minutes.

Alexis Kabore dit Yoyo (droite) a donné des coups précis à son adversaire Fatiou

Alexis Kabore dit Yoyo (droite) a donné des coups précis à son adversaire Fatiou

C’était le seul à avoir battu Alexis Kaboré dit Yoyo. C’était en 2004 au début de la carrière du boxeur burkinabè dans la catégorie des super coqs. Ce dernier s’était blessé lors d’un combat d’exhibition à Lomé au Togo contre Fattiou Fassinou qu’il affrontait le vendredi 1er mai 2015. C’était d’ailleurs le premier combat professionnel de Alexis Kaboré dit Yoyo. Trois ans plus, Alexis Kaboré reprenait sa revanche en battant Fassinou en 2007. Pour ce 3ème combat, l’enjeu était grand pour le Burkinabè qui voulait conserver son titre de champion du Monde WBC et entrer dans le top 5 ou même top 3 afin d’aller à la conquête de la grande ceinture. Le début du combat est celui de Yoyo. Le Burkinabè maitrise les quatre reprises parce ce qui le caractérise : la patience. Connaissant bien son adversaire, Yoyo est plus actif, toujours à l’attaque alors que le Béninois recule et tourne autour du ring.

Alexis Kabore dit Yoyo malgré une mauvaise préparation a su faire preuve de stratégie pour venir à bout de son adversaire

Alexis Kabore dit Yoyo malgré une mauvaise préparation a su faire preuve de stratégie pour venir à bout de son adversaire

A partir de la 5ème reprise, Fattiou Fassinou sent que Yoyo prend le dessus il décide alors d’attaquer. Il débute le round en force, Yoyo glissant d’ailleurs, mais c’est le Burkinabè qui termine en force. Les rounds qui se suivront seront se ressemblent jusqu’à la 9ème reprise où c’est Fattiou qui prend le dessus sur son adversaire.

A deux reprises de la fin du combat, Alexis Kaboré tente d’assurer sa victoire, le combat étant serré. Il envoie même son adversaire au tapis. A la 12ème reprise, Yoyo termine en beauté assurant ainsi la victoire.

Avant de donner un coup, Alexis Kabore dit Yoyo (droite) a pris son tempsAvant de donner un coup, Alexis Kabore dit Yoyo (droite) a pris son temps

Avant de donner un coup, Alexis Kabore dit Yoyo (droite) a pris son tempsAvant de donner un coup, Alexis Kabore dit Yoyo (droite) a pris son temps

« Je savais que ce sera dur parce que je savais qu’il était bien préparé. Généralement les gauchers sont de grands techniciens. Je suis content que le combat se soit bien passé », a confié Alexis Kaboré dit Yoyo qui a connu une préparation difficile. « J’ai senti qu’aux points je menai alors j’ai fait beaucoup de calcul pour m’imposer », ajoute Yoyo. Bien que la victoire de Yoyo soit incontestable, Fattiou Fassinou a contesté la victoire de son adversaire. Mais pour le superviseur de combat le Tunisien Houcine Houchi estime que la victoire de Yoyo est incontestable sur l’ensemble du combat mais il reconnait qu’un des juges a attribué trop de points (8 points d’écart) à Yoyo.

Après ce sacre, c’est un nouveau pallié que Burkinabè vient de franchir. Il pourrait être classé parmi les trois meilleurs dans sa catégorie. Ce qui pourra lui ouvrir les portes de la grosse ceinture.

Sans surprise, Alexis Kabore dit Yoyo est trois fois champions du Monde WBC

Sans surprise, Alexis Kabore dit Yoyo est trois fois champions du Monde WBC

Alexis Kaboré dit Yoyo conserve son titre de champion du Monde WBC remporté pour la première fois en 2013 contre le Nicaraguayen Reynaldo Cajina (2013) et conservé contre le Philippin Sylvester Lopez Barador (2014) et cette fois contre Fattiou.

En levé de rideau, Jules Kaboré dit le Bombardier a battu le Ghanéen Kwabena Yaro par jet d’éponge à la 7ème reprise dans la catégorie lourd-leger.

Patrice SouToké, en super welter, a contraint Charles Teteh à l’abandon à la 3ème reprise tout comme Boniface Kaboré dit le Python qui en a fait de même avec Joël Sarbah.

Tags

 
 

0 Comments

You can be the first one to leave a comment.

Leave a Comment