Fédération burkinabè d’escrime : 50 encadreurs formés

225 0

La Fédération burkinabè d’escrime a organisé une séance de formation pour des encadreurs dans ladite discipline du lundi 10 au vendredi 14 août 2015. L’objectif de cette fédération dirigée par Hamidou Sawadogo est de contribuer à la vulgarisation de la discipline au Burkina Faso.

Hamidou Sawadogo (droite) a souhaité que les encadreurs se mettent au travail dans l'immédiat
Hamidou Sawadogo (droite) a souhaité que les encadreurs se mettent au travail dans l’immédiat

Après le championnat national d’escrime qui s’est disputé du vendredi 7 au samedi 8 août 2015, la Fédération burkinabè d’escrime a initié un stage de formation pour des encadreurs burkinabè. Cette formation qui a duré quatre jours a pris fin à travers une cérémonie organisée le vendredi 14 août 2015 à l’Institut nationale de la jeunesse, de l’éducation physique et sportive (INJEPS) de Ouagadougou. 50 stagiaires dont 36 pour le niveau 1 et 14 pour le niveau 2 et 15 arbitres ont ont pris part à ce stage. Ces stagiaires sont issus de 12 clubs du Burkina plus de nouvelles localités comme la ville de Kongoussi, Zorgho qui compte créer de nouveaux clubs.

Le chargé de formation du niveau 2 et de l’arbitrage à ce stage maitre Aly Yoda a établit la formation en phase théorique enseigné le matin et celle pratique organisée dans la soirée. « Le contenu d’enseignement concerne les actions offensives et défensives et le dispositif pédagogique approprié pour transmettre efficacement les connaissances aux enseignements », a expliqué Aly Yoda. Selon lui, il y a eu une évolution même pour ceux qui n’avaient aucune connaissance dans le domaine de l’escrime.

Maria Ouattara (gauche), championne du Burkina a aussi pris part à ce stage de formation pour encadreurs
Maria Ouattara (gauche), championne du Burkina a aussi pris part à ce stage de formation pour encadreurs

« Nous attendons la mise en pratique de ces connaissances acquises à l’occasion de ces stages de retour dans les différents clubs et ceux qui n’ont pas le club en créée en vue d’élargir la vulgarisation de cette discipline », a souhaité Aly Yoda tout en espérant que le niveau de compétitivité soit élevée lors du championnat prochain.

« Sur le plan national, nous n’avons que trois maîtres d’art actifs. Pour toute une fédération, c’est difficile de pouvoir former des athlètes de qualité. La Fédération a donc jugé nécessaire d’initier cette formation à l’endroit des entraîneurs locaux pour élever le niveau technique des athlètes », a affirmé le Président de la Fédération burkinabè d’escrime Hamidou Sawadogo. Afin de permettre une meilleure vulgarisation de cette discipline, la structure dirigée par Hamidou Sawadogo a élargi la formation à des étudiants de l’INJEPS. En plus de cela, la fédération burkinabè a exigé la participation des encadreurs adjoints. « Cela s’explique par le fait que nos encadreurs sont fonctionnaires donc appelé à partir un jour. Il faut penser à pallier un éventuel départ », a souligné Hamidou Sawadogo.

Le représentant des stagiaires Boukoulibié Bado a appelé ses camarades stagiaires qui n’ont pas encore créé de club à le faire. « Le travail que nous faisons sur le terrain n’était pas suffisant pour produire des athlètes de qualité. Cette formation va nous aider à nous améliorer pendant les entraînements », a confié Boukoulibié Bado.

Le rêve nourrit pas la Fédération burkinabè d’escrime est de placer des athlètes aux Jeux Olympiques.

Article du même genre

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *