Jeux Africain 2015, cri de cœur des athlètes burkinabè

21 0

Les athlètes burkinabè et leurs encadreurs et dirigeants sont toujours à Libreville au Congo mais aussi au Togo et en Côte d’Ivoire. Ils sont bloqués depuis plusieurs semaines sans possibilité de renter et les ressources s’amenuisent.

Les représentants burkinabè aux Jeux Africains sont pressés de retrouver leur famille
Les représentants burkinabè aux Jeux Africains sont pressés de retrouver leur famille

Des athlètes, dirigeants, et encadreurs et de journalistes burkinabè sont toujours bloqué à l’extérieur du pays et tente vainement de retrouver le bercail en vain. Ils sont près de 180 personnes bloquées hors du pays alors qu’ils sont allés défendre les couleurs du Burkina. Les jeux Africains se sont achevés depuis le samedi 19 septembre. Cependant, ces athlètes sont toujours hors des frontières à cause d’abord du coup d’Etat.

Selon des sources contactées sur place, les sportifs auraient reçu des promesses de rentrer au pays le plus tôt possible mais cela tarde. 60 athlètes et encadreurs sont encore à Brazzaville. 107 d’entre eux sont toujours à Lomé au Togo tandis que quelques-uns sont à Abidjan en Côte d’Ivoire.

La délégation burkinabè restée à Brazzaville est confronté à un problème avec la compagnie Ceiba Intercontinentale qui refuse d’atterrir à Ouagadougou à cause putsch qu’a connu le Burkina Faso entre le16 et le 23 septembre 2015.
Pourtant, les sportifs burkinabè ont honoré le Burkina Faso lors de ces Jeux Africains 2015. Les footballeurs ont obtenu la médaille d’argent en football pour la première de l’histoire du Burkina.

L’ensemble de la délégation burkinabè méritait un accueil digne de champions puisque Laetitia Bambara a fait entonner l’hymne nationale. Les footballeurs, par exemple, ont été morcelés en plusieurs groupes repartis entre Abidjan, Lomé et Brazzaville.

Pourtant, ces sportifs, dirigeants, journalistes ont valablement représenté le Burkina Faso. Même si les autorités locales ont affirmé qu’ils seront du côté des Burkinabè durant cette période, ces derniers vivent dans l’inquiétude puisque leurs ressources financières s’amenuisent de plus en plus.

A Brazzaville, le restaurant du village olympique où ils mangeaient a fermé ses portes le jeudi 24 septembre 2015. Certains de ces athlètes doivent pourtant retrouver leurs clubs ou leur basse pour reprendre les entraînements le vite possible pour préparer d’autres échéances. Les autorités burkinabè sont interpellées.

Article du même genre

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *