C’est en principe ce lundi que le Burkinabè Fabrice Zango entre en compétition pour les éliminatoires des Jeux Olympiques 2016 au triple saut. Repêché depuis le 4 juillet, Fabrice Zango espère atteindre la finale et surprendre ses adversaires.

Fabrice Zango a confiance en son talent

Fabrice Zango a confiance en son talent

Le baron Pierre de Coubertin disait que l’essentiel était de participer aux Jeux Olympiques. Beaucoup d’athlètes en ont fait leur philosophie. Mais pour certains compétiteurs comme le Burkinabè Fabrice Zango engagé au triple saut des Jeux Olympiques 2016, ce n’est pas le cas. « C’est vrai que j’ai été repêché de quatre centimètres. Mais j’espère faire mieux que les minimas. Dans ma philosophie, je ne participe pas à une compétition juste pour participer », assène le vice-champion d’Afrique de ce concours et aussi champion d’Afrique universitaire. Étudiant de 23 ans au 2ie de Ouagadougou, Fabrice Zango a surtout explosé en 2014 en remportant la médaille d’argent aux Championnats du Monde universitaires.

Malgré des moyens modestes, le triple sauteur a su tracer son chemin pour faire partir des meilleurs sur le continent. Pour les Jeux Olympiques 2016, Fabrice Zango également sociétaire de l’Université Club de Ouagadougou (UCO) est confiant. « Sur le plan mondial je suis bien placé. Si Je me bats correctement et si je suis en possession de mes  capacités, je peux arriver en finale », rassure le Burkinabè qui n’affiche aucune peur.

Je cherche la meilleure place possible

Il ajoute d’ailleurs : « à partir du moment où on est en finale, je vais essayer de gravir la meilleur place. Je ne pars pas pour participer. Je cherche la meilleure place possible. Je les ai déjà tous croisé. Je n’ai pas peur d’eux ». Et pourtant, Zango a été repêché. « Même les 16,81 que j’ai réalisé, il faut dire que j’ai une marge de progression de 25 centimètres parce que je n’atteins jamais la planche. Si j’atteins la planche correctement je peux entrer dans les 17 mètres », avance le vice-champion d’Afrique.

Et pourtant, ce modeste garçon a eu une préparation difficile. Il était obligé de signer forfait lors des Jeux de la solidarité à Ouagadougou un mois avant son entrée en compétition : « après le championnat d’Afrique universitaire, j’avais mal aux talons. J’ai préféré mettre une croix sur cette compétition pour préparer les Jeux Olympiques».

 
 

0 Comments

You can be the first one to leave a comment.

Leave a Comment