L’Union nationale des arbitres de football (UNAF) a tenu sa première session ordinaire le samedi 17 et le dimanche 18 septembre 2016 au Stade du 4 août de Ouagadougou. Cette session nationale ordinaire s’est tenue sans les équipes de Koudougou.

C'est la deuxième session ordinaire de l'UNAF depuis sa création il y a 40 ans

C’est la deuxième session ordinaire de l’UNAF depuis sa création il y a 40 ans

« Nous avons d’abord examiné les modalité de notre fonctionnement. Nous avons fait le bilan de nos activités depuis janvier 2016. Nous avons aussi abordé des perspectives comme le cadre d’organisation de nos activités pour les quatre ans et élaboré notre programme d’activité ». Ce sont les principaux points évoqués lors du premier conseil national ordinaire de l’Union nationale des arbitres de Football (UNAF) du Burkina selon le Président de cette structure Ousmane Souleymane Diallo.

Les arbitres du Burkina espèrent organiser beaucoup d'activités les prochaines années

Les arbitres du Burkina espèrent organiser beaucoup d’activités les prochaines années

Par exemple, pour être membre de l’UNAF, il interdit de diriger un club de football. « Nous avons aussi examiné pour proposer les représentants de nos arbitres au nouveau bureau fédéral qui sera élu en novembre 2016 », a aussi insisté Souleymane Diallo. Le conseil a aussi fait le bilan financier de la structure depuis son arrivée en janvier 2015. Des commissions techniques ad hoc, la question de renouvellement des cartes de membres etc. ont été aussi prises en compte.

Les arbitres du Centre-Est boycottent le conseil national

Toutefois, les arbitres du centre-Ouest (Koudougou) n’ont pas pris part à cette première session ordinaire. Ils ont souhaité, à croire les propos du président de l’UNAF, que la cession soit reportée pour attendre les résultats d’un comité de concertation mis en place pour l’UNAF pour dialoguer avec la Commission Centrale des arbitres (CCA), la structure en charge des arbitres au niveau de la Fédération burkinabè de football (FBF).

« Nous avons estimé que nous avons des obligations statutaires et que le comité de concertation que nous avons créée n’était pas un argument pour ne pas tenir le conseil », a répondu Ousmane Souleymane Diallo qui prend acte. Il a confié qu’il les concertations vont continuer avec ces arbitres. Cette absence s’explique par la crise qui mine toujours le milieu de l’arbitrage burkinabè avec les décisions entre l’UNAF et la CCA.

Tags

 
 

0 Commentaires

Vous pouvez être le premier à laisser un commentaire.

Laisser un commentaire