Les Etalons du Burkina se sont qualifiés pour les phases finales de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2017. L’équipe burkinabè a battu celle du Botswana (2-1) lors du dernier match de ces éliminatoires le dimanche 4 septembre 2016 au Stade du 4 août de Ouagadougou.

Les Étalons participeront à la CAN pour la 11ème fois

Les Étalons participeront à la CAN pour la 11ème fois

2 à 1. C’est par ce score que les Étalons du Burkina ont arraché leur qualification pour les phases finales de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) Gabon 2017. Pour en arriver là, les hommes du Portugais Paulo Duarte ont dû puiser dans leurs dernières réserves pour arracher cette victoire jusqu’au bout du suspens. Et l’homme providentiel des Etalons est Banou Diawara, l’attaquant du club égyptien du Smouha Club.

A une minute de la fin du temps additionnel (99ème mn), l’ancien joueur du Racing Club de Bobo Dioulasso (RCB) reprend ballon d’un tir puissant la balle dans les buts du gardien botswanais Mwampole Masulé. Ce dernier venait de faire son entrée après l’expulsion de son coéquipier Kabélo Dambé. Le but de Banou Diawara, entré cinq minutes plus tôt libère le stade du 4 août de Ouagadougou où les supporters ont quitté les gradins pour la main courante.

Préjuce Nakoulma montre la voie

Lire aussi: Éliminatoires CAN 2017/Botswana # Burkina (1-0) : défaite sans surprise

Battu au match aller par l’équipe du Botswana sur la marque de 1 à 0, les Étalons avaient pour obligation de gagner dans ce match puisqu’il était égalité de points avec l’Ouganda qui lui menait au même moment face aux Iles Comores 1 à 0 et se qualifiaient donc à la place des Étalons si ces derniers ne s’imposent pas.

D’entrée de jeu, les Étalons contrairement à leurs habitude entrent très vite dans le match et multiplie les occasions de but malgré la chaleur de 33°C à l’ombre. Prejuce Nakoulma (13ème mn), Jonathan Pitroipa (6ème mn) butent sur le gardien de but.

L’ouverture du score intervient à la 17ème mn. Jonathan Zongo récupère le ballon des pieds du latéral gauche botswanais, profitent de sa vitesse pour devancer son vis-à-vis et centre au point de penalty. Préjuce Nakouma ouvre le score (1-0) pour les Étalons d’une demi-volée bien que gêné par un défenseur adverse. Le scénario idéal pour l’équipe burkinabè qui tente de gérer à cause de la canicule. C’est d’ailleurs ce score qui va sanctionner la première période.

Après la canicule, l’orage

A la deuxième, ce sont les Botswanais venus jouer les troubles fêtes qui dominent la rencontre. Après 4 minutes de jeu (49ème mn), Lemponye Tshireletso touche le montant gauche des buts gardés par Daouda Diakité.  Au moment où le sélectionneur des Étalons tente de  remanier son équipe, les nuages s’amoncellent dans le ciel suivi d’un vent violent qui arrache d’ailleurs les remplaçants  botswanais de leur banc de touche.

Le match reprend après quelques minutes d’interruption. Mais le vent fait place à l’orage. La pelouse est glissante et l’équipe burkinabè a du mal à imposer son jeu technique. L’équipe du Botswana obtient à ce moment, un penalty après maniement du ballon par Adama Guira. Le capitaine transforme le penalty (80ème mn) et met les deux équipes à égalité (1-1).

Banou Diawara le sauveur

A cet instant du match, les Étalons sont éliminés. La tension monte. Le public se met à pousser les Étalons. Paulo Duarte est intenable depuis le banc de touche. Les Botswanais sont surexcités. L’arbitre central le Tunisien Youssef Essrayri signale neuf minutes d’arrêts de jeu.

Lire aussi: CAN 2017 : L’UNSE promet un «cauchemar footballistique» aux Botswanais

Pendant que les Étalons poussent, les Botswanais tentent de gagner du temps et multiplient les actes d’antijeu. Le capitaine Lesego Galenamothale est expulsé pour cumul de carton jaune après une nouvelle faute Jonathan Pitroipa. Il est rejoint par son portier qui écope d’un second carton jaune pour perde de temps. Mais le Burkinabè Steeve Yago est expulsé à son tour après avoir donné un coup de point à un adversaire.

A cinq minutes de la fin, Paulo Duarte fait entré Banou Diawara. Sur un coup franc tiré par le capitaine Bakary Koné, le ballon est ressorti par la défense adverse. Banou Diawara (99ème mn) à l’affut reprend le ballon et marque le deuxième but (2-1). Le stade du 4 août de Ouagadougou explose. Des supporters quittent les gradins et envahissent le stade alors que l’arbitre n’a pas encore sifflé la fin.

La liesse du va durer près de 5 minutes et le speaker est obligé de rappeler les supporters à l’ordre. A peine 30 secondes après la reprise l’arbitre met fin au match. La pelouse est à nouveau envahie. Sous la pluie, les supporters font la fête et se rappellent que pareille scénario s’était dessiné en 2012 face à la Centrafrique pour la qualification à la CAN 2013 en Afrique du Sud où ils avaient terminé vice-champion.

 
 

0 Commentaires

Vous pouvez être le premier à laisser un commentaire.

Laisser un commentaire